ZIG ZAG -- VDFG Jeunesse - le blog ZICK ZACK -- Der VDFG-Jugendblog

ZigZag – ZickZack

Für euch vor Ort, Gesichtet, Vorgestellt

Caroline Moisan fait ses dernières virées en Kangoo pour FranceMobil

28. Juli 2014 Für euch vor Ort, Gesichtet, Vorgestellt 0 Kommentare
11 mois en Allemagne avec FranceMobil. ZigZag raconte l'histoire de l'étudiante française Caroline Moisan.
11 mois en Allemagne avec FranceMobil. ZigZag raconte l'histoire de l'étudiante française Caroline Moisan.

Depuis le 1er septembre la Française Caroline Moisan (25 ans) conduit sa voiture aux différentes écoles de la région bavaroise Nord pour apprendre aux enfants sa langue maternelle. Dans une interview exclusive, Caroline nous raconte pourquoi la motivation joue toujours un rôle majeur et pourquoi elle n’aurait pour rien au monde renoncer à ces derniers 11 mois en Allemagne…

Bonjour Caroline, le programme de FranceMobil presque terminée, qu’est-ce qu’il te reste comme meilleur souvenir?

Caroline: Beaucoup de jeunes ont peur du français, peur de ne rien comprendre. Comment je procède alors quand je veux leur apprendre ma langue maternelle? Et bien je parle pendant les 40 premières minutes de l’heure uniquement en français. Bien sûr, n’ayant jamais appris cette langue, ils sont parfois assez déroutés au début, mais très vite ils se prêtent au jeu, j’emploie pour cela énormément de mots transparents, beaucoup de gestes et de mimes, et j’ai toujours avec moi des supports très diversifiés pour éveiller leur intérêt de façon continue. Sous forme de jeux, d’animations, nous arrivons à communiquer et le plus important : ils s’amusent en français !

DSC_0286

Les kilomètres s’accumulent sur la montre du FranceMobil de Caroline.

Pour quelle raison est-ce que tu as choisi la région bavaroise?

Caroline: En tant que candidate pour FranceMobil, on peut donner trois préférences face à des régions où on souhaite travailler. D’origine, je viens de Basse-Normandie. Mais lors de mes études, j’ai aussi été à Würzburg, qui se situe à environ 80 km d’Erlangen, et j’avais été totalement charmée par cette ville. Je me suis aussi dit qu’être dans un Land non frontalier avec la France rendrait la mission encore plus grande. Je m’étais aussi renseignée sur l’institut de rattachement, l’Institut franco-allemand d’Erlangen, qui me semblait très actif, et j’aimais beaucoup l’idée que la directrice, Rachel Gillio, avait elle-même fait le programme FranceMobil, ayant fait partie de la première génération. J’avais l’impression que le poste de lecteur y était compris, soutenu et valorisé.

Comment as-tu trouvé le programme FranceMobil et tes premiers pas étaient comment?

Caroline: J’ai toujours eu du mal, après mon baccalauréat, à savoir quel métier je voulais faire. Une chose était sûre, les langues vivantes avaient toujours été un domaine qui me passionnait, c’est pourquoi j’ai décidé de me lancer dans le programme FranceMobil pour tester un peu mes capacités didactiques. J’ai trouvé l’annonce sur internet, et j’ai été immédiatement séduite par ce projet. Je me suis dit qu’une telle expérience ne pouvait que m’être bénéfique : un univers nouveau, totalement différent de celui que j’avais côtoyé avant, une nouvelle expérience, de nouvelles compétences à acquérir, de l’échange, de l’humain, de la mobilité, et surtout… de l’Allemagne ! Car oui, une chose était sûre, je comptais absolument rester outre Rhin…

Dans un premier temps, j’ai tout de même hésité à postuler. Non pas parce que je doutais de vouloir faire ce programme, mais parce que je craignais que mon parcours ne soit pas compatible avec un telle tel poste… Puis FranceMobil me trottait chaque jour dans la tête; j’avais contacté des lecteurs en poste à l’époque, qui m’ont tout de suite enlevé mes doutes et m’ont poussé à postuler.

francemobilimg0776

Caroline de FranceMobil a préparé un jeu pour apprendre le français aux élèves.

Le contact avec les élèves était en plus quelque chose dont j’avais à présent envie. Jamais à l’école je n’avais eu un « vrai » (comme les enfants disent !) allemand qui était venu me parler de son pays, de sa culture, et de son expérience à l’étranger. Pourtant, qu’est-ce que ça m’aurait plu !

J’ai donc postulé et ai mis beaucoup d’énergie dans ma candidature, sachant que le jeu en valait la chandelle… Puis tout s’est enchainé : j’ai été invitée aux entretiens à Berlin, à l’issue desquels j’ai eu l’immense joie de recevoir une réponse positive… J’allai donc être lectrice FranceMobil pour la rentrée scolaire 2013…

Comment les sélections fonctionnent?

Caroline: La bourse est attribuée pour une année scolaire, du 1er septembre au 31 juillet de l’année suivante. Les lecteurs sont donc en poste pendant toute cette durée, c’est-à-dire 11 mois.

Chacun peut envoyer sa candidature, certes dans l’annonce, certains critères sont mentionnés, tel tels que :

  • 
jeune diplômé(e) de l’enseignement supérieur (bac+3 minimum) de langue maternelle française
  • bonne connaissance de la langue allemande et du système scolaire allemand
  • expériences pédagogiques souhaitées
  • expérience du Français Langue Étrangère souhaitée
  • esprit d’initiative, flexibilité et mobilité
  • permis de conduire

Cependant, me concernant, je n’avais par exemple aucune expérience dans le FLE ni d’expérience pédagogique à proprement parler, et pourtant j’ai été prise ! Le critère qu’il est indispensable de remplir et naturellement d’avoir le permis de conduire ! Après, être lecteur FranceMobil est totalement différent d’être professeur, c’est pourquoi ils ne recherchent pas quelqu’un avec un parcours universitaire dans ce domaine en particulier, ils cherchent surtout une personnalité, une personne qui peut enthousiasmer les élèves pour sa culture et son pays d’origine.

211388_1_1HJL6U

Les élèves qui ont pu travailler avec Caroline sont ravis. Ils veulent continuer à apprendre le français.

Quand est-ce qu’il faut envoyer ses candidatures?

Caroline: Concernant la procédure, l’appel d’offre pour les bourses est diffusé en général en janvier/février pour la rentrée suivante. On peut le trouver sur plusieurs sites internet proposant des emplois dans le franco-allemand (c’est d’ailleurs sur un de ces sites que j’étais moi-même tombée sur l’annonce), sur le réseau de l’Institut Français et de l’Ambassade, dans les universités aussi parfois…

Ensuite il suffit de constituer son dossier avec bien évidemment CV et lettre de motivation et naturellement la photocopie du permis de conduire !

Après, le bureau de coopération culturelle et linguistique de l’Ambassade de France à Berlin opère une première sélection, et retient environ une trentaine de candidats qui seront invités au mois de mai à un entretien devant un jury constitué de 4 personnes. Parmi eux, Rachel Gillio, directrice de l’Institut franco-allemand de Erlangen, une volontaire internationale de l’Ambassade, la Fondation Bosch, qui finance le projet, y est également représentée, ainsi qu’une personne du service culturel de l’ambassade.

Est-ce qu’il y a un choix concernant les endroits où on pourrait faire le service?

Caroline: À la fin entretiens à Berlin, chaque candidat peut proposer 3 villes dans lesquelles il aimerait être affecté, par ordre de préférence, et justifier ses choix. Les villes proposées sont : Berlin, Brême, Düsseldorf, Erlangen, Fribourg, Hambourg, Leipzig, Mayence, Munich et Stuttgart. A l’issue de ces entretiens, 12 personnes sont retenues. Le jury s’efforce de trouver un compromis entre les vœux des candidats, les enjeux des régions, et les personnalités de chacun.

Vous avez compris qu’actuellement, nous ne cherchons pas de lecteurs, puisque les nouveaux lecteurs pour l’année 2014/2015 ont été recrutés en mai dernier. Mais, si vous êtes intéressés, je vous conseille de bien noter la date de janvier/ février dans vos agendas!!

En cadre de ce programme: Quelles sont vos missions?

Caroline: En tant que lecteur FranceMobil, nos missions sont multiples. Tout d’abord, la semaine est organisée comme suit : lundi, jour de permanence au bureau, qui permet alors de gérer notre agenda, d’entretenir une correspondance avec les professeurs qui nous invitent dans leur école, de gérer notre comptabilité et de développer nos activités. Mais cette journée est aussi l’occasion de passer du temps avec ses collègues de l’institut et de s’immerger un peu plus dans la vie de celui-ci.

5940357_1_1H0LON

D’une façon ludique, les premiers contacts avec la langue française sont super faciles.

Mardi, mercredi et jeudi sont destinés aux visites d’écoles : Kindergarten, Grundschule, Berufschule, mais principalement pour ma part des Realschule et des Gymnasium.

Dans les Realschule, je vois majoritairement les 6. Klasse, qui auront la possibilité de commencer à apprendre la français l’année suivante. C’est très important qu’ils aient un contact avec un natif car pour beaucoup de Realschüler, l’apprentissage du français s’annonce très (trop ?) ambitieux, difficile et malheureusement décourageant… Beaucoup préfèrent s’orienter vers l’économie, l’art, les maths, ou encore la cuisine…

Au Gymnasium en Bavière, ils ont principalement le choix entre français et latin. J’essaie alors de leur montrer tous les avantages que représente l’apprentissage d’une langue vivante, par rapport à une langue morte… Et évidemment, ce ne sont pas les arguments qui manquent. A cela j’ajoute les raisons qui justifie l’apprentissage du français par rapport à une autre langue vivante, et encore une fois, il y a vraiment de quoi les convaincre…

Pour quelles raisons pourrais-tu recommander le programme FranceMobil à d’autres candidats?

Caroline: Je pense que faire le programme FranceMobil est une chance et que cela apporte beaucoup à chaque lecteur qui vit cette aventure. C’est une année très riche et intense, pendant laquelle on apprend à mieux à se connaître, on développe des qualités relationnelles au contact de tous les interlocuteurs que nous sommes amenés à rencontrer. FranceMobil est une expérience de partage, d’échange, on reçoit beaucoup d’affectif lors des visites dans les écoles, les professeurs nous témoignent leur reconnaissance. C’est une année assez valorisante, qui permet aussi de découvrir et mieux comprendre le système scolaire allemand, très différent du système scolaire français. Cela permet aussi de se rendre compte si on est fait pour cette voie ou pas. Etre lecteur FranceMobil permet de développer des compétences multiples : l’organisation, la comptabilité, la pédagogie, la faculté d’adaptation, le relationnel, la mobilité. Car oui, comme le nom du programme l’indique, il s’agit d’être très mobile, j’en suis déjà à plus de 18 000 km et j’ai pu ainsi découvrir de très beaux endroits du Nord de la Bavière. De plus, ce programme permet de continuer à se former grâce à des séminaires (4) qui ont lieu tout au long de l’année. Ces séminaires nous forment pour le lectorat, mais aussi et surtout nous préparent pour la suite via des interventions de professionnels. FranceMobil, c’est aussi une aventure humaine, un lien très fort unit les lecteurs d’une même génération et peut laisser place à de très belles amitiés…

BeFunky_null_1.jpg

Motivés par Caroline, les élèves essaient de poser leur premières questions – en français!

Merci, Caroline, pour tous ces impressions. Nous te souhaitons une bonne continuation!

 

 


Über den Autor -

0 Kommentare


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *